mercredi 18 octobre 2017

Météorites entre ciel et terre. Magnifique exposition pour apprendre et rêver au Jardin des Plantes de Paris


Météorites, entre ciel et terre 






Du 18 octobre 2017 au 10 juin 2018 l’exposition « Météorites, entre ciel et terre », au Jardin des Plantes de Paris, convie le visiteur à un voyage dans l’espace et le temps. D’abord sur Terre, autour des chutes de météorites, puis dans l’espace, aux origines du système solaire pour découvrir la provenance et la diversité des météorites. Enfin, dans le monde de la recherche, depuis l’analyse des météorites en laboratoire jusqu'à la recherche spatiale.

Avec une approche interactive et sensible, la scénographie propose un parcours immersif, ponctué par de nombreuses vitrines de météorites, de grandes projections spectaculaires et des dispositifs innovants, dans une ambiance poétique et contemporaine. Plus de 350 pièces de la collection du Muséum, une des plus importantes collections mondiales par le nombre et l’intérêt scientifique de ses météorites, sont exposées, ainsi que des pièces rares issues de collections publiques et privées du monde entier.

L’exposition laisse également une place à l’art, en donnant à voir des œuvres inspirées par ces pierres venues de l’espace. Et, en fin d’exposition, les visiteurs peuvent même toucher un bout de Lune et un morceau de Mars !

Le visiteur repart de l’exposition avec des messages scientifiques forts sur l’histoire du système solaire et notre place dans l’univers ; il aura pu s’émerveiller devant des objets âgés de 4,56 milliards d’années qui ont voyagé des centaines de millions de kilomètres avant de parvenir jusqu’à nous.







Des chutes aux trouvailles

Chaque année, plus de 20 000 tonnes de matière météoritique entrent dans l’atmosphère terrestre. Il s’agit principalement de poussières interplanétaires, dont les plus grosses (environ 1 mm) sont à l’origine des étoiles filantes. On estime qu’il tombe seulement 5 tonnes par an de météorites dont la masse est supérieure à 1 kg.

Des mythes à la réalité

Pendant longtemps les météorites ont été considérées comme des manifestations divines, des pierres magiques, faisant parfois l’objet de cultes. En 1794, le physicien allemand Ernest Chladni publie un livre proposant que ces pierres viennent de l’espace ; l’accueil est contrasté. Il faut plusieurs chutes successives, dont celle de l’Aigle en 1803, en France, pour convaincre l’ensemble de la communauté scientifique de l’origine extraterrestre de ces pierres.




Cratères et risques

La plupart des météorites sont de taille modeste et font peu de dégâts. En revanche, les bolides dont le diamètre dépasse 50 m arrivent au sol sans être freinés et provoquent l’apparition d’un cratère d’impact, qui se forme en quelques secondes. La roche terrestre est vaporisée en surface, éjectée et fracturée en profondeur. La météorite, elle, est vaporisée suite à l’énergie dégagée par l’impact. On dénombre à l’heure actuelle plus de 190 cratères d’impacts sur Terre.
Même si les risques sont extrêmement faibles, il existe des programmes internationaux de détection et de surveillance des astéroïdes menaçants. À ce jour, on ne connaît pas de moyens véritablement efficaces pour se protéger des impacts météoritiques. Heureusement, on estime à 10 000 ans le temps moyen entre deux chutes d’un objet de 100 m de diamètre et à plusieurs millions d’années celui d’un objet d’1 km de diamètre.

Météorite provenant de Mars, trouvée en France

D’où viennent les météorites ?
La plupart des météorites sont des fragments de petits astéroïdes. Celles qui ont subi le moins d’altérations contiennent encore les premiers solides du système solaire. Certaines, très rares, proviennent de comètes. Le reste, quelques pourcents, sont des météorites qui proviennent de gros astéroïdes (par ex. Vesta), de planètes telluriques (Mars) ou de satellites (la Lune).

Que nous apprennent les météorites ?
Presque toutes les météorites sont plus anciennes que n’importe quelle roche terrestre. Chacune d’entre elles est un témoin d’une étape particulière de la formation de notre système solaire. L’étude au laboratoire des météorites est complémentaire des missions d’exploration spatiale et des observations astronomiques. À partir de leur analyse, il est possible de retracer les débuts du système solaire, il y a 4,56 milliards d’années.

Planètes et vie extraterrestre
L’étude des météorites permet de comprendre les grandes phases de la formation planétaire et de l’évolution géologique des corps célestes, notamment de la Lune et de la Terre. Ainsi, les météorites martiennes témoignent de l’histoire de la planète : leur analyse a révélé la présence d’argiles, apportant la preuve de la présence passée d’eau liquide sur Mars.
L’étude des météorites est également une piste pour comprendre l’origine de la vie sur la Terre. En effet, certaines météorites sont riches en acides aminés et bases azotées, matériaux organiques entrant dans la composition du vivant. Mais il y a très loin des acides aminés à la vie… Ainsi, malgré les annonces, aucune forme de vie n’a été trouvée à ce jour dans les météorites.

Recherche dans les déserts
Les déserts sont les lieux idéaux pour la recherche de météorites : il y est plus facile de les repérer car elles ne sont pas cachées par la végétation et parce qu’elles s’accumulent dans le temps dans ces zones souvent climatiquement stables pendant des centaines de milliers d’années. Des expéditions scientifiques sont ainsi organisées de façon systématique dans les déserts chauds et froids.



Autour de l’exposition


Un objet insolite devant la grande galerie
Le 9 octobre 1992 un spectaculaire bolide a survolé plusieurs états des États-Unis sur 800 km en 40 secondes avant d’atterrir à Peekskill, dans l’état de New York. La chute a été filmée par 16 caméras vidéo et a fini sa course en défonçant l’arrière d’une Chevrolet Malibu rouge. Cette voiture sera exposée durant 3 mois devant la Grande Galerie de l’Évolution.

Des animations familiales
L’exposition sera accompagnée d’activités de 30 minutes, à faire en famille, dès 8 ans. Elles seront proposées dans un espace dédié, au sein de l’exposition. Tous les jours (hors mardis) pendant les vacances scolaires de la zone C et tous les mercredis et week-ends en dehors des vacances scolaires.
Vous avez dit météorites ? Une animation pour apprendre à reconnaître les météorites, en jouant à retrouver celles qui ont été cachées parmi de nombreux intrus… le public pourra observer de près et toucher des météorites ! À partir des vacances de la Toussaint
Le fer pour quoi faire ? Le public est invité à mener l’enquête pour découvrir les météorites ferreuses, tombées aux quatre coins du monde et utilisées pour réaliser ces objets uniques : des outils, des armes, des objets sacrés mais aussi des bijoux ! À partir des vacances de février


Offre accessible : Des visites guidées tactiles seront proposées aux visiteurs en situation de handicaps. Renseignements : info-accessibilite@mnhn.fr 

cinéma films documentaires TV séries documentaires expos moteurs