mercredi 11 novembre 2015

Ange et Garielle : Bruel et Carré perdus dans une comédie insipide

Bruel et Carré perdus dans une comédie familiale insipide

Il faut le voir pour le croire : après le succès retentissant de la comédie la plus stupide de l'année (Aladin avec Kev Adams) les pontes du cinéma français (ici UGC) se sont lancées dans une course poursuite effrénée à la plus grosse dorade de la fin d'année : en compétition le dernier Bruel/Carré Ange et Gabrielle, Lolo de Julie Delpy et Taj Mahal qui arrivent bientôt (curieusement on n'est pas pressé)

La note frenchtouch : 1/5  

l'histoire de Ange ... (si si il y en a une) 

Gabrielle élève seule sa fille Claire. À 17 ans celle-ci est enceinte de Simon qui refuse de se voir imposer ce bébé. Gabrielle prend les choses en main et décide de demander de l’aide au père de Simon. Elle débarque donc dans le bureau d’Ange, mais celui-ci, célibataire endurci et grand séducteur, n’a jamais assumé sa paternité et n’a aucune intention de le faire. C’est une première rencontre explosive mais Gabrielle ne manque ni de charme, ni de détermination.

Vous n'avez pas tout compris, ce n'est pas grave vous avez encore deux longues heures à essayer de comprendre ce qu'a voulu dire le réalisateur de cette comédie poussive.



Critique : un desastre

Quel ennui, quel accablement, quelle lassitude indigeste nous sont infligés à la vision d'Ange et Gabrielle. Un titre affolant de lourdeur (il faut penser Ange Gabriel, annonciateur de naissance...) et une histoire confite de bien-pensance (deux mariages dont un gay comme çà tout le monde est content, même François Hollande), en passant par la chronique jamais crédible d'un amour compliqué entre la mère d'une adolescente enceinte et le père défaillant du jeune papa du futur bébé. Face à un Bruel laborieux, Isabelle Carré reste très sous-utilisée. Les bons sentiments en rafale achèvent le tout. 

Ange et Gabrielle semble très bien placé pour remporter le #GBA6 (Golden Bibine Award) de la Daube, sachant qu'on n'a pas encore tout vu et qu'on nous reserve enCORE bien des surPRISES avant la fin de l'année.





Et les BLOGS ?  UGC qui savait le film mauvais n'a pas convié la "grande" presse mais quelques blogueuses mode et Lifestyle (Ahhh les fiiiiillles ya Patriiiiiick) dont on sait qu'elles ne seront pas méchantes du moment qu'on leur offre du Champagne


et entre 2 pubs pour des goodies makeup ou creme de beauté
ou encore Yasmine qui ne tarit pas de compliments pour Patriiiick et qui nous parle aussi de Truffaut avec éloges (malheureusement pas François)




cinéma films documentaires TV séries documentaires expos moteurs

Nomade des mers, les escales de l'innovation. Une série documentaire sur Arte

Corentin de Chatelperron sur le catamaran Nomade des mers Du 29 octobre au 16 novembre 2018, du lundi au vendredi à 17h35 et en repla...