lundi 26 janvier 2015

Imitation Game : un mathématicien de génie


Benedict Cumberbatch : fragile, sarcastique, odieux, génial

En course pour les Oscars, Imitation Game, avec huit nominations, est au coude à coude avec l'autre Biopic "Une Merveilleuse histoire du temps"

Ce film retrace l'histoire du mathématicien de génie qui perça le mystère Enigma, code des nazis pendant la deuxième guerre mondiale. Un très bon biopic, qui a le mérite d'évoquer cette période sombre de l'histoire et de rendre hommage à un des plus grands mathématiciens de son temps.


Peu connu du grand public jusqu'il y a peu, Alan Turing (interprété ici par l’acteur britannique Benedict Cumberbatch) est considéré comme l'un des pères de l'intelligence artificielle et pour beaucoup de scientifiques comme l’un des hommes les plus importants du 20e siècle.


Benedict Cumberbatch et sa machine 


IMITATION GAME relate la façon dont Alan Turing, soumis à une intense pression, contribua à changer le cours de la Seconde Guerre mondiale et de l’Histoire. C’est aussi le portrait d’un homme qui se retrouva condamné par la société de l’époque en raison de son homosexualité et en mourut.

Synopsis

1940 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable. 
À la tête d’une équipe improbable de savants, linguistes, champions d’échecs et agents du renseignement, Turing s’attaque au chef-d’oeuvre de complexité dont la clef peut conduire à la victoire.


Sa machine n’a jamais été perfectionnée, mais elle a ouvert un tout nouveau champ de recherche et la création de ce que l’on a appelé « les machines de Turing ». 
Ces machines sont aujourd’hui connues sous le nom d’ordinateurs. 


Benedict Cumberbatch et Keira Knightley 


Pour le réalisateur "ce héros de guerre a inventé l'ordinateur, a été poursuivi en raison de son homosexualité et a fini par se suicider"

UNE HISTOIRE VRAIE 


L’histoire du scénario a commencé fin 2009, lorsque les producteurs de la société Bristol Automotive, Nora Grossman et Ido Ostrowsky, sont tombés sur un article reprenant le discours du Premier ministre britannique Gordon Brown dans lequel il adressait ses excuses au nom du Gouvernement pour la manière dont Alan Turing avait été traité après la Seconde Guerre mondiale. Les producteurs, qui ne connaissaient pas l’histoire d’Alan Turing, ont fait des recherches et découvert un personnage hors du commun, inconnu de la plupart des gens, en particulier aux États-Unis. Ils ont immédiatement acquis les droits de la biographie du mathématicien écrite par Andrew Hodges et ont évoqué le projet lors d’une soirée où se trouvait également Graham Moore. Le jeune romancier a alors confié son admiration pour Alan Turing et s’est vu confier l’écriture du scénario. Il s’est inspiré du titre d’un article écrit par Alan Turing après la guerre, qui exposait en détail la méthode qu’il avait inventée pour tester l’intelligence artificielle et différencier la machine de l’être humain. Le test était considéré par Turing comme un jeu, un jeu d’imitation, fondé sur la faculté à imiter la conversation humaine.
Ajouter une légende


Graham Moore déclare : « Il s’agit d’une histoire qui, si elle avait été inventée, n’aurait pas été crédible car elle raconte la vie d’un génie, d’un héros de guerre, d’un homme qui a vécu d’innombrables drames, qui a inventé l’ordinateur, qui a été poursuivi par le gouvernement britannique en raison de son homosexualité et qui a fini par se suicider. Chacun de ces éléments pourrait faire l’objet d’un film à part entière, c’est pourquoi il est aussi bouleversant de savoir que cela s’est réellement produit. » 

Même si les circonstances qui entourent la vie d’Alan Turing sont extraordinaires, chacun des membres de l’équipe s’est identifié à son histoire et confie une réelle admiration pour cet homme hors du commun. 

Ce qui n'empêchera pas la justice britannique de poursuivre le mathématicien en 1952 pour homosexualité, interdite par la loi à l'époque. Il opte pour la castration chimique pour éviter la prison et sera retrouvé mort deux ans plus tard, à 41 ans, probablement un suicide.







L’équipe s’est ensuite mise en quête de l’acteur sur lequel repose tout le film. Le réalisateur déclare : « Avant même d’avoir été choisi pour réaliser le film, je me souviens m’être dit que Benedict Cumberbatch serait formidable dans le rôle d’Alan Turing parce qu’il possède ce parfait mélange de sensibilité et de force intérieure. Rares sont ceux qui peuvent interpréter le rôle d’un génie et être crédibles. Il exprime une telle intensité qu’on a l’impression qu’il ne fait plus qu’un avec Alan Turing, et on n’a aucun mal à croire qu’il est à l’origine de ces idées incroyables. »
Graham Moore se souvient de son enthousiasme à l’annonce du nom de Benedict Cumberbatch : « Lorsqu’on m’a dit qu’il allait interpréter Alan, c’était comme si j’avais gagné le gros lot ! Il apparaît pratiquement dans tous les plans du film. Il existe très peu d’acteurs au monde capables d’interpréter un rôle aussi complexe que celui-ci, car Turing est non seulement un génie, mais c’est aussi un homosexuel refoulé, et par-dessus le marché, la victoire des Alliés repose en grande partie sur ses épaules. Benedict Cumberbatch ne fait pas qu’exprimer l’intelligence d’Alan Turing, il l’incarne. Son dévouement envers ce personnage rivalise avec le dévouement dont a fait preuve Alan Turing. »

 


découvrez Keira Knightley dans un 2eme extrait  

L’étape suivante a consisté à trouver l’actrice qui incarnerait Joan Clarke, la collègue et amie d’Alan Turing, elle-même brillante mathématicienne. En avance sur son temps, Joan est un personnage complexe. Morten Tyldum déclare : « Keira Knightley confère beaucoup de force, mais aussi une grande vulnérabilité, au personnage. Joan possède beaucoup de qualités qui font défaut à Alan, c’est pour cette raison qu’elle prend une telle place dans sa vie. »


JOAN CLARKE VUE PAR SON INTERPRÈTE KEIRA KNIGHTLEY

« Il m’a semblé très important de raconter cette histoire. C’est assez extraordinaire de songer que l’on peut passer six années de sa vie à travailler sur un projet et ne plus jamais en parler ensuite. Ils n’étaient pas autorisés à évoquer leur travail à Bletchley Park – ni avec leurs proches, ni entre eux. Alan et Joan étaient de très bons amis ; à un moment donné, il a même pensé qu’il pourrait l’épouser et vivre une vie « normale », si tant est que cela existe. Joan était une très bonne amie et leur relation aurait peut-être fonctionné. »

BENEDICT CUMBERBATCH : en lice pour les Oscars


La personnalité d'Alan Turing par BENEDICT CUMBERBATCH

« La personnalité d’Alan Turing était unique, c’était un être passionné, complexe, capable d’une grande empathie, et qui s’entendait particulièrement bien avec les enfants. Il avait la capacité de communiquer avec les autres en s’affranchissant des banalités usuelles, qui constituaient un effort pour cet homme appliqué et timide. Il était considéré comme un original, un « curieux petit canard » comme l’appelait sa mère. Il était doué, vif d’esprit et en excellente forme physique. C’était un grand sportif qui courait des marathons de niveau olympique et prenait part à des compétitions de cross-country. Il courait depuis sa maison de Wilmslow jusqu’à l’université de Manchester, soit 20 kilomètres aller-retour. J’ai rencontré des gens qui l’ont connu à cette époque, et ils m’ont tous décrit un homme extraordinairement gentil, poli et réservé. Il regardait rarement ses interlocuteurs dans les yeux, mais lorsque cela se produisait, on découvrait quelqu’un de très humain, de très curieux, plein d’esprit et sympathique. Alan Turing était quelqu’un de très concentré qui s’enfermait souvent dans son univers, dans ses schémas de pensée, ce qui le conduisait à agir de manière excentrique, mais il en parlait très ouvertement. C’était un être remarquable, foncièrement bienveillant, tout à fait inoffensif et parfois maladroit, mais c’était aussi un homme déterminé et obstiné, au talent et aux aptitudes hors du commun. Le caractère tragique de son existence tient non seulement au fait qu’elle se soit achevée trop tôt, mais également au fait qu’il ait été persécuté en raison de son 

Note frenchtouch2 : 3,5/5

"Imitation Game" de Morten Tyldum
avec Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthew Goode, Mark Strong, Rory Kinnear, Charles Dance
sortie le 28 janvier 2015 (1h54mn)

cinéma films documentaires TV séries documentaires expos moteurs

Nomade des mers, les escales de l'innovation. Une série documentaire sur Arte

Corentin de Chatelperron sur le catamaran Nomade des mers Du 29 octobre au 16 novembre 2018, du lundi au vendredi à 17h35 et en repla...